Un premier pas vers la construction d’un parking à étages à Glovelier

Le Conseil général de Haute-Sorne a donné lundi soir son préavis positif à une modification ...
Un premier pas vers la construction d’un parking à étages à Glovelier

Le Conseil général de Haute-Sorne a donné lundi soir son préavis positif à une modification du règlement sur les constructions de Glovelier. Le peuple devra se prononcer en mai sur cette adaptation qui doit permettre d’ériger des bâtiments plus hauts qu’aujourd’hui

Le Conseil général de Haute-Sorne était réuni pour la première fois de l'année lundi soir à Glovelier. Le Conseil général de Haute-Sorne était réuni pour la première fois de l'année lundi soir à Glovelier.

Haute-Sorne veut adapter le règlement sur les constructions de Glovelier pour permettre la création d’un parking à plusieurs étages. Le Conseil général de la commune fusionnée a donné, à l’unanimité, un préavis positif lundi soir au projet de modification. Le peuple sera amené à se prononcer en mai. La démarche a pour but d’autoriser des constructions d’une hauteur de quinze mètres, contre dix actuellement. Porté par un promoteur immobilier, le projet doit permettre de répondre aux besoins de l’entreprise Biwi SA qui s’est récemment agrandie, mais aussi de Pibor Iso SA et des futures sociétés qui s’implanteront au sein de la deuxième zone d’activités microrégionale (ZAM 2) ces prochaines années. L’ouvrage qui prévoit près de 500 places ne parait ainsi pas disproportionné aux yeux du conseiller communal en charge de l’urbanisme. Gérard Ruch a précisé qu’une cinquantaine de places payantes devraient être réservées à la population.


Coup de jeune pour deux salles de classe

Le législatif a également donné son feu vert à un crédit de 330'000 francs pour la rénovation de deux salles de classe à l’école secondaire de la Haute-Sorne, à Bassecourt. Ces locaux initialement dédiés au dessin et aux sciences n’ont pas subi de travaux conséquents depuis 1962. L’ensemble du mobilier doit être remplacé pour transformer ces classes en salles polyvalentes. Celles-ci serviront notamment au nouveau cours d’éducation numérique qui débutera en août 2023.

Le Conseil général de Haute-Sorne a aussi accepté d’octroyer une subvention de 133'000 francs en faveur de la société de tir Bassecourt-Develier pour le remplacement de quatorze cibles électroniques au stand de tir « La Lovière », à Bassecourt. Quelques élus se sont toutefois abstenus. Certains ont dénoncé l’attitude de la société de tir qui a procédé aux travaux sans attendre la décision du législatif.

Un crédit de 193'000 francs a, par ailleurs, passé la rampe afin de réaliser une mesure partielle du plan général d’approvisionnement en eau potable (PGA) à Sceut. Le réseau existant doit, en effet, être adapté après que les autorités communales ont validé la réhabilitation d’un bâtiment. Les travaux ont également pour objectif de renforcer la défense incendie dans le secteur.


La géothermie revient sur la table

Sujet du moment, la géothermie profonde s’est invitée sur la table du législatif à l’heure des questions orales. Kevin Challet (PS+Verts) a demandé des clarifications sur la position du Conseil communal dans ce dossier. Sachant que les autorités ont appris la reprise du projet par la presse, l’élu a aussi souhaité savoir si l’exécutif pensait que l’État jurassien avait fait preuve d’un manque de considération à l’égard de la commune. Le maire a répondu par la négative à la dernière question. Jean-Bernard Vallat a évoqué un couac au niveau de la communication gouvernementale. Le canton a, en effet, été pris de court par la presse locale. Concernant la position du Conseil communal, ce dernier est divisé sur la question, selon le maire. Il pourrait se prononcer plus officiellement sur les suites à donner une fois que les autorités auront rencontré les promoteurs et le canton. Une première séance est prévue dans une dizaine de jours, a indiqué Jean-Bernard Vallat.


Une résolution sur la banque Valiant refusée

Enfin, les élus ont rejeté, par 11 voix contre 9, une résolution interpartis destinée à la Banque Valiant et qui entendait l’inciter à reconsidérer la fermeture de la succursale de Bassecourt. Avec cette décision, « c’est tout un pan de l’histoire jurassienne qui va disparaître », indiquait le texte. La résolution soulignait que la banque était née en 1865 sous le nom de Caisse d’épargne de Bassecourt avant de devenir la Banque jurassienne d’épargne et de crédit, un établissement particulièrement « important durant la question jurassienne et en l’absence de banque cantonale jurassienne ».

Une question orale a également porté sur ce dossier. Le maire, Jean-Bernard Vallat, a indiqué que les autorités ne pouvaient que déplorer la décision de la banque. Des contacts doivent être pris avec la direction pour voir s’il est possible que la commune acquière le bâtiment situé au centre de Bassecourt. 

Le Conseil général a, par ailleurs, observé une minute de silence pour apporter son soutien au peuple ukrainien. /alr


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus