Réformer la pédagogie spécialisée dans le Jura

Le Gouvernement jurassien a transmis au Parlement un projet de réforme de la pédagogie spécialisée ...
Réformer la pédagogie spécialisée dans le Jura

Le Gouvernement jurassien a transmis au Parlement un projet de réforme de la pédagogie spécialisée dans le canton. Parmi les nouveautés proposées : les élèves en difficulté seront davantage intégrés au cursus ordinaire

Les enfants en difficulté pourraient davantage pousser la porte du cursus scolaire ordinaire dans le Jura (photo d'illustration : KEYSTONE / Alessandro della Valle). Les enfants en difficulté pourraient davantage pousser la porte du cursus scolaire ordinaire dans le Jura (photo d'illustration : KEYSTONE / Alessandro della Valle).

Revoir l’organisation de la pédagogie spécialisée au sein de l’école jurassienne : c’est l’objectif du Gouvernement qui a transmis au Parlement cantonal un projet de révision partielle de la loi sur l’école obligatoire. Le nouveau texte propose des solutions « intégratives » et non « exclusives » pour les élèves en difficulté, précise l’exécutif.


Moins de stigmatisation

Actuellement, un élève qui rencontre des difficultés scolaires sort du circuit ordinaire pour suivre une scolarisation spécialisée. Ce modèle ne prend pas en compte les éventuelles compétences de l’élève pour certaines disciplines, estime le Gouvernement jurassien.

Dans le nouveau concept, les « solutions intégratives sont préférées aux solutions séparatives ». Un élève en difficulté poursuit son cursus ordinaire et rejoint l’enseignement spécialisé uniquement pour les disciplines dans lesquelles un dispositif de soutien est nécessaire. La « stigmatisation » diminue ainsi, selon l’exécutif cantonal. Autre nouveauté : la classe d’appartenance des élèves en difficulté devra se trouver dans le même cercle scolaire que la classe de soutien pour éviter des allers-retours.

Les enseignants ordinaires bénéficieront de formations pour accompagner les enfants en difficultés et les directions d’école seront plus fortement impliquées. Une commission d’évaluation aux compétences pédagogiques, psychologiques et médicales étudiera le placement des élèves dans l’enseignement spécialisé.


Nouveaux engagements et économies

Une demande d’engagement de 6,3 EPT accompagne la révision partielle de la loi, concernant notamment des enseignants de référence et la commission d’évaluation. Cela représente une charge financière de 886'000 francs dont plus de 320'000 francs à la charge du canton. Plus de 9 EPT font déjà partie, depuis 2 ans, de la section de la pédagogie spécialisée. Des économies sont attendues pour un montant de 630'000 francs à moyen terme en raison notamment de la diminution des frais de transport et des structures spécialisées. /comm-mmi 


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus