Le Conseil de ville s’offusque contre les propos « inadmissibles » du promoteur de l’écoquartier

Le bureau du législatif a dénoncé lundi soir les récentes attaques de Michel Acquaroli à l’encontre ...
Le Conseil de ville s’offusque contre les propos « inadmissibles » du promoteur de l’écoquartier

Le bureau du législatif a dénoncé lundi soir les récentes attaques de Michel Acquaroli à l’encontre de deux élus et de l’institution

Michel Acquaroli avait attaqué plusieurs conseillers de ville lors de sa conférence du 7 septembre. (Photo : archives).  Michel Acquaroli avait attaqué plusieurs conseillers de ville lors de sa conférence du 7 septembre. (Photo : archives). 

Le bureau du Conseil de ville de Delémont s’insurge contre les récents propos tenus par le promoteur de l’écoquartier. La présidente du législatif, Gaëlle Frossard, a lu, lundi soir, en ouverture de séance une prise de position à la suite de la conférence de presse organisée le 7 septembre par Michel Acquaroli. Le promoteur avait multiplié les attaques personnelles envers plusieurs élus et le législatif de manière générale.

Des propos « inadmissibles, outranciers et méprisant injustement le travail des élus ». C’est ainsi que Gaëlle Frossard a qualifié, au nom d’un bureau unanimement offusqué, les déclarations de Michel Acquaroli. Le bureau n’admet pas que de tels propos soient tenus, il n’accepte pas que des élus soient traités ainsi, a ajouté la présidente. Gaëlle Frossard a rappelé que le Conseil de ville était un espace de débat. « Les élus ont le droit de poser des questions sur tout projet pour lequel de l’argent public a été engagé », a-t-elle souligné. Pour rappel, le promoteur avait notamment estimé que les conseillers de ville inventaient des idioties et des commérages. Michel Acquaroli avait personnellement attaqué l’élue de l’Alternative de gauche Céline Robert-Charrue Linder et le socialiste Jude Schindelholz, dénigrant leurs questions. 

L’écoquartier s’est, par ailleurs, une nouvelle fois invité dans les questions orales lundi soir. La conseillère de ville socialiste Jeanne Boillat a interrogé le Conseil communal concernant le respect du permis de construire, sachant que le matériel utilisé pour les façades ne correspondait pas à ce qui était prévu à la base. Elle a notamment pointé l’absence de bois. Le maire, Damien Chappuis, lui a répondu que la police des constructions allait veiller à ce que les règles soient respectées.


Des autorisations de parcage mieux encadrées

Le législatif de la capitale jurassienne a, par ailleurs, approuvé à l’unanimité une motion interpartis demandant au Conseil communal de définir une procédure détaillée concernant l’attribution des autorisations de parcage en ville. Le texte était porté par le PLR Pierre Chételat, président de la commission de gestion et de vérification des comptes. Aujourd’hui, il n’existe pas de document accessible au public qui fixe clairement les diverses conditions à remplir ou les tarifs.

Les conseillers de ville ont également accepté, par 23 voix contre 15, une motion du socialiste Maël Bourquard qui enjoint l’exécutif à organiser en faveur du personnel communal et de la population des formations aux enjeux écologiques et aux bons comportements à adopter. Une motion de l’élue UDC Laurence Studer a également passé la rampe. Son texte demande d’aménager des fontaines à eau à certains endroits stratégiques.

Enfin, un postulat du socialiste Christophe Badertscher a aussi été adopté par le législatif. Il demande au Conseil communal d’étudier l’intérêt à poursuivre et intensifier le projet de préservation des sols intitulé « Terres vivantes », en partenariat avec la Fondation rurale interjurassienne.


Un sursis pour la Halle des expositions ?

En réponse à une question écrite de l’élu PLR Michel Friche, le Conseil communal a indiqué qu’il n’excluait pas de prolonger le droit de superficie lié à la Halle des expositions. Le bâtiment pourrait donc continuer d’exister au-delà de la date butoir du 31 décembre 2025. A cette échéance, le bâtiment devrait normalement avoir été démoli par la société du Comptoir SA pour laisser la place au projet de nouvel Hôpital du Jura. Mais le Conseil communal de Delémont indique dans sa réponse écrite que la ville est prête à envisager une prolongation, tant qu’il n’y a pas de besoin précis pour la Municipalité, par exemple d’année en année, sous réserve des modalités et conditions qui devraient être discutées par les deux parties.

En ce qui concerne l’avenir de la Foire du Jura, l’exécutif se dit prêt à étudier le remplacement de la Halle des expositions par un outil local mieux dimensionnée. Il estime toutefois que des possibilités existent ailleurs dans la région, notamment au Forum de l’Arc à Moutier. La Croisée des Loisirs permet aussi, selon le Conseil communal, d’accueillir plusieurs événements du type de ceux qui se déroulent aujourd’hui à la Halle des expositions. /alr


Actualisé le

Actualités suivantes