« Les entreprises jurassiennes font mieux que résister »

La Chambre de commerce et d’industrie du Jura a présenté jeudi soir son enquête conjoncturelle ...
« Les entreprises jurassiennes font mieux que résister »

La Chambre de commerce et d’industrie du Jura a présenté jeudi soir son enquête conjoncturelle, à laquelle cent entreprises ont répondu

 L'économie jurassienne se porte bien. (Photo libre de droits). L'économie jurassienne se porte bien. (Photo libre de droits).

Des carnets de commandes bien remplis, mais de nombreuses craintes pointent à l’horizon. La Chambre de commerce et d’industrie du Jura a présenté jeudi soir à Delémont son enquête conjoncturelle. Cent entreprises jurassiennes, qui comptabilisent 56% des emplois jurassiens, ont répondu au questionnaire. Alors que le contexte économique et géopolitique marqué par la guerre en Ukraine et la flambée des prix interpelle, le tissu régional a le vent en poupe. Le directeur de la CCIJ a loué « la résilience » des entreprises jurassienne. Malgré toutes les difficultés, elles font « mieux que résister », selon Pierre-Alain Berret. Environ deux tiers d’entre elles considèrent leur marche des affaires de bonne à excellente. Les perspectives pour les six prochains mois demeurent favorables avec des carnets de commandes bien remplis. Investissement et embauche sont aussi au programme pour de nombreuses sociétés.

Pierre-Alain Berret : « l’économie va bien »

Les prix de l’énergie pourraient les freiner

La hausse massive des prix de l’énergie pourrait freiner les entreprises dans leur désir de voir plus grand. L’enquête conjoncturelle de la CCIJ révèle que 17% des entreprises questionnées annoncent une hausse de plus de 50% du prix de l’électricité. Ça représente des centaines de milliers de francs, indique Pierre-Alain Berret. Les sociétés n’ont pas attendu pour baisser leur consommation. La plupart d’entre elles ont adapté l’éclairage et le chauffage. L’autoproduction est aussi mise en avant. Si des mesures de limitation de l’approvisionnement devaient être imposées, environ un quart des industries devrait se résoudre à l’arrêt total de la production et donc à la mise au chômage partiel des collaborateurs. Une situation paradoxale, alors que le carnet de commandes est rempli. « Un beau gâchis », selon Pierre-Alain Berret. /ncp

Pierre-Alain Berret : « des prix qui défient l’entendement »


Actualisé le

Actualités suivantes