Inquiétudes et espoirs autour du projet de Migros à Bassecourt

Deux députés ont interrogé le Gouvernement jurassien au sujet du projet ce mercredi à l’heure ...
Inquiétudes et espoirs autour du projet de Migros à Bassecourt

Deux députés ont interrogé le Gouvernement jurassien au sujet du projet ce mercredi à l’heure des questions orales au Parlement. La commune de Haute-Sorne, elle, l’envisage avec enthousiasme

C'est sur le terrain entre le Jura Centre et la Résidence Claire-Fontaine que devrait être construit prochainement le magasin Migros. (Photo : Google Maps 2023 / Maxar Technologies). C'est sur le terrain entre le Jura Centre et la Résidence Claire-Fontaine que devrait être construit prochainement le magasin Migros. (Photo : Google Maps 2023 / Maxar Technologies).

Le projet de centre commercial Migros à Bassecourt fait grincer des dents au Parlement jurassien. Deux questions orales ont été posées ce mercredi matin en lien avec ce projet. Le géant orange avait confirmé sa volonté de s’implanter dans le village vadais, d’après une information révélée il y a un mois par le Quotidien jurassien. La réalisation pourrait se concrétiser en 2025. Selon des informations confirmées à RFJ par la commune de Haute-Sorne, une promesse de vente a été signée entre les autorités communales et Migros pour une surface totale de près de 9'000 mètres carrés, juste à côté de l’actuel Jura Centre. Le nouveau projet devrait déboucher sur la création de 30 à 40 emplois. Mais certains députés ne voient pas d’un bon œil cette implantation, à l’image du socialiste Nicolas Maître qui a déclaré craindre « un séisme environnemental et économique pour le Jura bien pire que le projet de géothermie profonde ». De son côté, l’élu du groupe Verts et CS POP Ivan Godat a dénoncé un projet qui va provoquer une hausse du trafic automobile et des nuisances. Les deux députés regrettent par ailleurs l’éventuelle disparition de près d’un hectare de surface agricole.


Le Gouvernement restera ferme

L’exécutif jurassien a affirmé qu’il n’était pas mêlé aux discussions menées entre le géant orange et la commune vadaise. Il a cependant rappelé que des normes sont en vigueur, établies dans une fiche adoptée en 2018 par le législatif cantonal. Ainsi, si Migros veut s’implanter à Bassecourt, l’enseigne devra construire un magasin de moins de 3'000 mètres carrés. D’après Gérard Ruch, conseiller communal en charge de l’urbanisme à Haute-Sorne, la surface commerciale ne devrait pas dépasser 2'000 mètres carrés. Elle serait donc parfaitement réalisable.


Des rentrées importantes pour la commune

De son côté, la commune de Haute-Sorne se réjouit de l’arrivée prévue de Migros. En effet, selon Gérard Ruch, cette implantation permettrait des rentrées fiscales intéressantes, environ « l’équivalent d’un demi-point de quotité d’impôts », à en croire le conseiller communal. Ce dernier tempère également au sujet des nuisances : « Les gens sortiront de l’autoroute et iront directement se parquer, ce n’est pas comme s’ils traversaient le village », prétend-il. Gérard Ruch estime que Haute-Sorne a saisi là une belle opportunité, sans pour autant faire de l’ombre aux autres : « S’ils ne peuvent pas faire ce magasin-là, les responsable de Migros n’iront pas ailleurs dans le Jura », ajoute-t-il avec assurance.

Les discussions devraient encore être nourries dans ce dossier avant l’éventuelle ouverture des portes de ce grand magasin envisagée en 2025. /mle

Réactions autour du projet


Actualisé le