Châtillon ne proposera pas sa traditionnelle halte sur le SlowUp

Étape phare de cette grande fête de la mobilité douce, le village de Châtillon renonce à l’organisation ...
Châtillon ne proposera pas sa traditionnelle halte sur le SlowUp

Étape phare de cette grande fête de la mobilité douce, le village de Châtillon renonce à l’organisation cette année faute de bénévoles et forces vives

Les quelque 20'000 participants de SlowUp Jura ne trouveront plus de halte à Châtillon le 25 juin prochain. (Photo d'archives : Georges Henz) Les quelque 20'000 participants de SlowUp Jura ne trouveront plus de halte à Châtillon le 25 juin prochain. (Photo d'archives : Georges Henz)

C’est peut-être la halte la plus appréciée qui disparait cette année du parcours du SlowUp. Étape phare depuis 2009, le village de Châtillon renonce cette année à l’organisation de la grande fête de la mobilité douce qui se tiendra, malgré tout, le dimanche 25 juin. Ce n’est pas faute d’avoir essayé. La commune a d'abord sondé ses sociétés locales, puis les villageois via un tout-ménage, sans succès pour trouver des bénévoles. Les forces vives du village sont déjà accaparées par la fête du village deux semaines plus tôt et ne peuvent plus être présentes sur tous les fronts. « On a tout épuisé, jusqu’à un courrier à l’ensemble des citoyens… Les sociétés sont déjà chargées. Au niveau municipal, on le regrette, mais on ne peut pas tout faire », confie Lionel Gilliotte, conseiller communal en charge du dossier.

Cédric Cerf : « On la regrette parce que c’est l’une des aires d’animation les plus sympathiques »

Alertée il y a quelques semaines, l’organisation du SlowUp Jura a donc dû s’adapter. « On la regrette aussi parce que c’est l’une des aires d’animation les plus sympathiques et la seule qui proposait une prolongation en soirée pour la clôture. Le parcours ne passera donc plus par le centre du village, mais prendra la déviation direction Courtételle. Châtillon vendait également entre 700 et 1'000 repas chaque année, il faudra donc tenter de répartir cela sur les aires de Courrendlin et Courtételle », explique Cédric Cerf, responsable communication de la manifestation. Un tonneau de ravitaillement d’eau sera toutefois installé à Châtillon pour désaltérer les participants au sommet de la montée depuis Courrendlin.


Un net essoufflement du bénévolat

Le contraste avec l’année 2009 lors du lancement du SlowUp est saisissant. Châtillon cherchait alors 90 bénévoles et avait reçu plus de 120 réponses positives. « On sent quand même qu’il s’est passé quelque chose depuis le Covid », glisse Lionel Gilliotte. Un constat partagé par Cédric Cerf. « L’année dernière, première édition depuis la pandémie, on s’est rendu compte d’une baisse de l’engagement des bénévoles au sein des sociétés locales, certaines se sont d’ailleurs retirées des aires d’animation. On continuera à proposer nos animations en espérant que cela profite aux autres sociétés et que cela n’entraîne pas une baisse de fréquentation du public », souffle le membre du comité d’organisation. Si l’engagement des sociétés locales venait à faiblir encore, Cédric Cerf n’écarte plus, contrairement aux années précédentes, à recourir à des Food Trucks. Il assure cependant que l’avenir de la manifestation n’est, pour l’heure, pas remis en question. /jpi

Cédric Cerf : « Une baisse de l’engagement des bénévoles au sein des sociétés locales »


Actualisé le

Actualités suivantes