« Clair-Logis n’a pas réussi à atteindre ses objectifs »

Conseiller communal en charge du dossier et président du conseil de fondation de l’établissement ...
« Clair-Logis n’a pas réussi à atteindre ses objectifs »

Conseiller communal en charge du dossier et président du conseil de fondation de l’établissement médico-social de Delémont, Patrick Chapuis explique les raisons qui poussent l’institution à chercher un repreneur

Patrick Chapuis, conseiller communal et président de la fondation Clair-Logis. (Photo: archives) Patrick Chapuis, conseiller communal et président de la fondation Clair-Logis. (Photo: archives)

La résidence Clair-Logis ne parvient pas à voler de ses propres ailes. Le conseil de fondation de l’établissement médico-social de Delémont va chercher un repreneur, public ou privé. Après plus de quatre mois d’exploitation, les résultats financiers sont en-dessous des attentes. « Les budgets qui avaient été établis pour démarrer l’activité de la fondation ont été faits de manière un peu trop optimiste et à force d’avancer dans l’année, on constate qu’ils ne pourront pas être respectés. On risque de se retrouver fin 2023 avec un résultat négatif de l’ordre d’un million de francs et par rapport à cette situation et aux aides précédentes qui ont été accordées par la ville, le Conseil communal a dit qu’il était temps de trouver une autre solution, également au regard des finances de la commune qui ne sont pas extraordinaires. Le soutien à Clair-Logis s’arrêtera à fin 2023 », explique Patrick Chapuis, conseiller communal en charge du dossier et président de la fondation Clair-Logis.

Patrick Chapuis : « Je pense que sur le long terme Clair-Logis sera viable et rentable »

« Comme la ville s’était engagée à couvrir le résultat de l’année 2023, lors de l’acception des comptes de cette année il y aura une proposition qui sera faite au Conseil de ville d’assumer ce résultat et de le prendre en charge dans le cadre des comptes communaux », poursuit Patrick Chapuis, qui n’est, à ce stade, pas en mesure de dire si ce déficit pourrait être repris par un éventuel repreneur. Pour rappel, la ville avait déjà payé 337'000 francs en 2022, alors que le bâtiment n’était pas encore fini, et avait accepté en mai dernier deux cautionnements d’un total de 1,25 million pour démarrer l’exploitation. Alors que l’objectif était d’atteindre 98% de remplissage, seuls 33 lits sur 37 sont occupés à l’EMS, alors que 8 sur 16 sont pris à l’unité de vie psychogériatrique.

Patrick Chapuis : « Le taux de remplissage est inférieur à nos prévisions »

L’Hôpital du Jura, que nous avons contacté, nous a confié qu’une demande de rendez-vous était en cours, sans pouvoir en dire davantage à ce stade. Secrétaire régional du syndicat Syna, Laurent Crevoisier nous a indiqué qu’une réunion avait eu lieu la semaine passée avec la direction de Clair-Logis, ainsi que le Syndicat des services publics, dans l’optique d’assurer le respect de la Convention collective de travail pour les employés. /emu


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus