Le Gouvernement se prononce sur les abus sexuels dans l’église

Le subventionnement de l’État aux églises pourrait être amené à changer. C’est en substance ...
Le Gouvernement se prononce sur les abus sexuels dans l’église

Le subventionnement de l’État aux églises pourrait être amené à changer. C’est en substance ce que répond l‘exécutif jurassien à une question écrite de Patrick Cerf

Le Gouvernement jurassien s'est prononcé sur les abus sexuels dans l'église suisse en réponse à une question écrite du député socialiste Patrick Cerf. (Photo : Georges Henz). Le Gouvernement jurassien s'est prononcé sur les abus sexuels dans l'église suisse en réponse à une question écrite du député socialiste Patrick Cerf. (Photo : Georges Henz).

L’État a-t-il son mot à dire concernant les abus sexuels dans l’Église ? Le député Patrick Cerf a récemment interrogé le Gouvernement jurassien dans une question écrite, à la lumière du rapport « explosif » de l’Université de Zurich. Cette étude publiée en septembre dernier fait état de plus de 1'000 cas d’abus sexuels dans l’Église catholique en Suisse.

Les cas relevés dans ce rapport n’ont pas encore fait l’objet d’une répartition entre les différents diocèses. Pour le moment, il n’est donc pas possible de savoir si certains de ces abus sexuels documentés concernent le Jura. Mais le Gouvernement indique avoir connaissance de neuf cas concernant la région : trois avaient été rapportés par le Ministère public avant la publication du rapport de l’Université de Zurich alors que six autres auraient été annoncés au diocèse de Bâle.

Subventions remises en question

Dans sa question écrite, Patrick Cerf soulève également la problématique des subventions octroyées aux églises. En effet les églises catholiques et protestantes se financent grâce aux impôts ecclésiastiques, mais aussi grâce à des subventions publiques. Ce financement repose sur un cadre légal et le principe de l’impôt ecclésiastique est inscrit dans la constitution cantonale. La remise en question de ce système serait donc du ressort du législatif, explique le Gouvernement dans sa réponse. Pourtant, l’enveloppe allouée aux églises a déjà été réduite dans le cadre du « Plan Equilibre » : dès le 1er janvier prochain, elles toucheront 450'000 francs de moins par année. Cette mesure d’économie ouvre l’opportunité d’une refonte du mode de subventionnement cantonal pour les églises.

À l’avenir, le canton pourrait définir des prestations d’intérêt général avec les autorités ecclésiastiques et établir des contrats au cas par cas, avec financement à la clef. L’exécutif n’a donc pas l’intention de supprimer totalement ces subventions, mais souhaite « profiter du dialogue avec les églises (…) pour analyser les mesures mises en place et faire pression pour qu’elles revoient leur organisation, brisent le silence et surtout empêchent de telles dérives. /jad


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus