Et si le train s’arrêtait devant la patinoire ?

Le projet de halte ferroviaire dans le secteur de la patinoire à Porrentruy va rebondir devant ...
Et si le train s’arrêtait devant la patinoire ?

Le projet de halte ferroviaire dans le secteur de la patinoire à Porrentruy va rebondir devant le Parlement jurassien qui devra se prononcer sur une motion déposée mercredi

La halte ferroviaire pourrait se trouver entre la patinoire et le vestiaire de la piscine. La halte ferroviaire pourrait se trouver entre la patinoire et le vestiaire de la piscine.

« Arrêt patinoire ! », et si les trains annonçaient, avant d’arriver à Porrentruy, une halte ferroviaire dans le secteur du Voyeboeuf ? Dans une motion déposée mercredi, le député Gauthier Corbat demande au Gouvernement de faire les démarches pour intégrer ce projet de halte ferroviaire dans le futur horaire des CFF. Le citoyen de Vendlincourt estime que cet arrêt pourrait sauver la ligne CJ, qui l’utiliserait aussi. Un groupe de travail a estimé que la ligne Bonfol-Porrentruy devrait fonctionner comme un tram afin d’augmenter le potentiel de nouveaux clients. Les utilisateurs pourraient ainsi se rendre à la piscine, à la patinoire, à la Division technique du CEJEF, dans la zone industrielle en Roche de mars et dans celle du Voyeboeuf. Selon Gauthier Corbat, les habitudes des usagers ont changé. La distance entre le secteur de la patinoire et la gare de Porrentruy semble être devenue trop éloignée. « C’est clair que cet arrêt dynamiserait, en tout cas c’est l’avis des différents acteurs qui planchent sur ce projet, véritablement la zone et la ligne », souligne le centriste. L’élu rappelle que le tronçon des CJ a connu un recul l’année dernière de 10% de ses usagers.

Gauthier Corbat : « une halte supplémentaire pourrait dynamiser la ligne »

Un horaire déjà tendu

Le point d’achoppement de ce projet reste l’horaire des CFF. Il est aujourd’hui impossible d’imaginer un arrêt à la patinoire. Il est donc demandé à l’exécutif de saisir cette opportunité de développement régional et de s’adresser aux acteurs concernés afin d’intégrer cette halte dans un futur horaire. Ce n’est qu’une fois cette condition remplie que les instances fédérales pourraient envisager un financement. L’étude de faisabilité évoque un budget de 6 millions de francs, qui pourrait en grande partie être pris en charge par la Confédération. /ncp


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus