Le 50e anniversaire du Plébiscite doit être davantage mis en lumière

En réponse à une question écrite du député Nicolas Maître, le Gouvernement entend contribuer ...
Le 50e anniversaire du Plébiscite doit être davantage mis en lumière

En réponse à une question écrite du député Nicolas Maître, le Gouvernement entend contribuer à rendre la communication optimale autour des événements commémoratifs, notamment ceux organisés par Jura-24

Le Jura célébrera ce printemps les 50 ans du Plébiscite du 23 juin 1974. (Photo: archive d'illustration Georges Henz) Le Jura célébrera ce printemps les 50 ans du Plébiscite du 23 juin 1974. (Photo: archive d'illustration Georges Henz)

Les événements et festivités liés aux 50 ans du Plébiscite du 23 juin 1974 seront mieux mis en lumière. C’est en substance la réponse du Gouvernement jurassien à une question écrite du député Nicolas Maître. L’élu socialiste s’est interrogé sur le manque de communication de l’association Jura-24, qui prévoit l’organisation d’expositions à Porrentruy, Delémont, Moutier et dans les Franches-Montagnes. Selon Nicolas Maître, la population et les collectivités ne peuvent pas se sentir concernées ou s’engager financièrement si la communication fait défaut. Le Gouvernement jurassien se veut toutefois rassurant.

Pour le Gouvernement jurassien, « une communication efficace est garante de succès ». Il convient donc de se « coordonner au mieux avec les principales organisations pour davantage de clarté ». La Chancellerie d’Etat va s’y atteler. Des entrevues sont ainsi sur les rails et une communication concertée est prévue ces prochaines semaines. Concernant Jura-24, le Gouvernement rappelle qu’il est représenté au sein du bureau de l’association par le ministre de la culture Martial Courtet. Il précise que les premières actions menées visaient un but opérationnel et participatif, mais pas la communication publicitaire. Celle-ci doit être réalisée ces prochains mois et monter en puissance jusqu’à l’inauguration des sites s’exposition le 24 juin prochain.

Côté financement, le Gouvernement confirme que le plafond de 400'000 francs de la garantie de déficit ne sera pas dépassé. Et au regard du plan actuel, un tel montant ne devrait pas être sollicité. /rch


Actualités suivantes

Articles les plus lus