Les ventes de chevaux franches-montagnes sont au beau fixe

Lors de son assemblée générale mercredi soir, la Fédération jurassienne d’élevage chevalin ...
Les ventes de chevaux franches-montagnes sont au beau fixe

Lors de son assemblée générale mercredi soir, la Fédération jurassienne d’élevage chevalin s’est réjouit de la bonne santé du marché en 2023. L’année en cours pourrait être différente

L'an dernier, 32 chevaux franches-montagnes ont notamment été vendus par le biais de la liste des chevaux à vendre de la FJEC. (Photo: archives / Jonathan Vallat) L'an dernier, 32 chevaux franches-montagnes ont notamment été vendus par le biais de la liste des chevaux à vendre de la FJEC. (Photo: archives / Jonathan Vallat)

Les chevaux franches-montagnes se vendent toujours aussi bien. L’engouement rencontré depuis la période Covid s’est maintenu l’année dernière, selon la Fédération jurassienne d’élevage chevalin (FJEC) qui a tenu son assemblée générale mercredi soir à Glovelier. « A l’automne, la plupart des éleveurs avaient vendu tous leurs chevaux », indique Chantal Oppliger. Mais pour la responsable de la liste des chevaux à vendre de la FJEC, les ventes de la seule race chevaline suisse ne sont pas l’unique motif de satisfaction. Le prix moyen d’un cheval a aussi dépassé la barre symbolique des 10'000 francs. « On est très contents et on espère que ça dure », se réjouit Chantal Oppliger.

Chantal Oppliger : « Si on voulait un cheval franches-montagnes il fallait le réserver »

Les défis de 2024

L’année en cours risque de connaître quelques changements. « Ce sera peut-être moins frénétique au niveau de la demande et il y aura davantage de chevaux sur le marché », explique Chantal Oppliger. Et puis les acheteurs en Belgique pourraient être plus discrets à cause d’une augmentation de la TVA en vigueur depuis le début de l’année. « On ne sait pas comment le vent tournera au niveau des ventes en Belgique », s’interroge la membre de la FJEC qui espère que les prix ne baisseront pas cette année. Elle demande notamment aux éleveurs de faire preuve de patience pour vendre leurs chevaux franches-montagnes. /nmy

Chantal Oppliger : « On a remarqué ce printemps beaucoup d’inscriptions aux tests en terrain »


Actualités suivantes

Articles les plus lus