Le Jura lance la lutte contre le non-recours aux prestations sociales

L’Etat organise une campagne pour sensibiliser la population aux questions de précarité et ...
Le Jura lance la lutte contre le non-recours aux prestations sociales

L’Etat organise une campagne pour sensibiliser la population aux questions de précarité et appuyer les personnes qui ont droit à une aide, mais qui ne la sollicitent pas

Léa Carnazzi (assistante sociale à Caritas), Muriel Christe Marchand (cheffe du Service de l'action sociale), Nathalie Barthoulot (ministre de l'Intérieur) et Pascal Mazzarini (chef du Service de la Cohésion sociale de Delémont, de gauche à droite) ont présenté la campagne de lutte contre le non-recours aux prestations sociales. Une première dans le Jura. Léa Carnazzi (assistante sociale à Caritas), Muriel Christe Marchand (cheffe du Service de l'action sociale), Nathalie Barthoulot (ministre de l'Intérieur) et Pascal Mazzarini (chef du Service de la Cohésion sociale de Delémont, de gauche à droite) ont présenté la campagne de lutte contre le non-recours aux prestations sociales. Une première dans le Jura.

Le canton du Jura se met en ordre de bataille face à la précarité. Une campagne de lutte contre le non-recours aux prestations sociales va se déployer pendant six semaines, entre le 2 mai et le 16 juin prochains. L’opération organisée par l’Etat et différents partenaires vise à sensibiliser la population et à accompagner les personnes touchées pour évaluer leurs droits aux prestations.

Le rapport social 2021 du canton indique que 10'000 personnes vivent en situation de pauvreté ou sont menacées de l’être dans le Jura, soit 15% de la population. Les autorités estiment qu’il existe 3'500 bénéficiaires potentiels d’aide sociale, soit des personnes qui ne demandent rien par méconnaissance, diverses craintes ou à cause de la lourdeur administrative. La campagne qui s’ouvre veut donc s’attaquer au problème avec la mise en ligne d’un site internet, JU-lien.org. Un demandeur d’informations via cette plateforme sera suivi et conseillé dans les trois jours par une personne spécialiste du domaine social. Des entretiens gratuits et confidentiels seront proposés. En termes de sensibilisation, le canton va poser des affiches, distribuer des flyers et faire des annonces dans les médias.


« La dignité n’a pas de prix »

Outre l’appui aux personnes qui ont droit à des prestations mais qui ne les sollicitent pas, l’Etat veut aussi mener un combat de déstigmatisation. Il entend également connaître ces personnes en vue d’actions futures. « Nous voulons gagner en connaissances sur ce public qui est aujourd’hui d’une certaine manière invisible, puisque ces personnes ne sont pas connues des partenaires sociaux en place dans le Jura. Nous voulons mieux comprendre les raisons pour lesquelles elles n’ont pas fait appel aux différentes prestations jusqu’à présent », précise la cheffe du Service de l’action sociale, Muriel Christe Marchand.

Le coût de cette campagne s’élève à 50'000 francs. Une somme dans une période difficile pour les finances cantonales. Mais pour la ministre jurassienne de l’Intérieur, Nathalie Barthoulot, « la dignité n’a pas de prix », d’autant que la loi impose une lutte contre la précarité. « La loi sur l’action sociale nous rappelle que nus devons prendre soi de chacune et chacun. Nous devons offrir des conditions dignes d’existence ».

L’Etat jurassien espère obtenir une centaine de demandes d’informations durant cette campagne de six semaines pour lutter contre le non-recours aux prestations sociales, soit de 5% des bénéficiaires potentiels. Sept personnes ont été engagées pour répondre et orienter. /rch


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus