Autisme Jura appelle à manifester, l’Etat jurassien se défend

L’association dénonce un manque de moyens pour la prise en charge d’enfants en souffrance ou ...
Autisme Jura appelle à manifester, l’Etat jurassien se défend

L’association dénonce un manque de moyens pour la prise en charge d’enfants en souffrance ou en difficulté. Le Service de l’enseignement indique pour sa part que des mesures ont été prises.

Autisme Jura appelle à la mobilisation ce mercredi matin devant l'Hôtel du Parlement. (Photo : Georges Henz). Autisme Jura appelle à la mobilisation ce mercredi matin devant l'Hôtel du Parlement. (Photo : Georges Henz).

Les ministres et les députés jurassiens auront droit à un comité d’accueil mercredi matin à l’Hôtel du Parlement à Delémont. Autisme Jura organise une manifestation dès 7h45, en marge de la séance du législatif cantonal. Son but : montrer la colère et la détresse des parents et des professionnels face à une insuffisance de moyens pour accueillir les enfants en souffrance ou en difficulté. Autisme Jura dénonce un manque de places à Pérène, en logopédie, en psychomotricité, en psychologie scolaire, en soutien renforcé et au Centre médico-psychologique pour enfants et adolescents.

De son côté, l’Etat jurassien se défend. Dans un courrier adressé aux directions d’écoles que notre rédaction s’est procuré, le Service de l’enseignement (SEN) indique tout d’abord qu’il se distancie fermement – avec la Fondation Pérène – de la manifestation organisée par Autisme Jura. Selon eux, l’action se base sur des informations incomplètes, non vérifiées et parfois en porte-à-faux avec les intérêts des élèves. Le SEN explique que le Gouvernement a décidé d’adapter l’enveloppe financière 2025 aux besoins exprimés par Pérène, ce qui permettra d’offrir une place aux élèves en liste d’attente. Le courrier du SEN mentionne aussi l’engagement de nouvelles logopédistes et le renforcement de la consultation en logopédie, la mise en place de permanences au niveau de la psychologie scolaire – en plus de la consultation habituelle – et l’augmentation de 3 équivalents plein temps en soutien renforcé, passant de 9 à 12 en une année et demie. En résumé, l’Etat note que des solutions ont été trouvées et que les premières retombées positives se concrétisent actuellement.


« Pas de menace voilée »

Reste que la situation semble pour l’heure assez tendue. Car dans son message aux directions d’écoles, le SEN écrit qu’il serait « particulièrement inopportun et peu acceptable que les employés de l’Etat fassent part de leur mécontentement en se joignant à une association mal renseignée qui s’engage dans une action individuelle. » Il leur est demandé « expressément d’adopter de la distance » face à cette manifestation. Contacté, le chef du service nous indique que ces propos ne sont en aucun cas des menaces voilées. Fred-Henri Schnegg affirme que les enseignants qui n’ont pas cours à l’heure de la manifestation sont libres d’y participer, tout en leur rappelant leur devoir de réserve. Il précise que le dossier est émotionnel et très sensible. Fred-Henri Schnegg se dit surpris et regrette qu’Autisme Jura n'ait pas pris contact avec le Service de l’enseignement, le Département de la formation et la Fondation Pérène. /rch


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus