Sous pression, la Police municipale de Delémont se réorganise

En manque de personnel, elle sera provisoirement subordonnée à la Police cantonale jurassienne ...
Sous pression, la Police municipale de Delémont se réorganise

En manque de personnel, elle sera provisoirement subordonnée à la Police cantonale jurassienne à partir du 10 juin, selon un communiqué transmis mardi par le Conseil communal.

La Police municipale de Delémont sera provisoirement subordonnée à la Police cantonale jurassienne à partir du 10 juin. La Police municipale de Delémont sera provisoirement subordonnée à la Police cantonale jurassienne à partir du 10 juin.

En manque de personnel, la Police municipale de Delémont prend des mesures urgentes. Elle sera provisoirement subordonnée à la Police cantonale à partir du 10 juin, selon un communiqué transmis mardi par les autorités de la capitale jurassienne. La majorité des agents de la ville y seront intégrés au centre A16, mais resteront des employés communaux. L’exécutif évoque des effectifs insuffisants pour continuer d’assurer les missions et les tournus horaires nécessaires au fonctionnement des forces de l’ordre locales.


Se mettre autour de la table avec l'Etat

Le Conseil communal de Delémont entend assurer le socle de sécurité nécessaire sur le sol cantonal et communal. La Police municipale conservera un effectif réduit d’agents et d’assistants de sécurité publique pour assumer les affaires courantes. La police cantonale effectuera, elle, la totalité des services d’intervention et gérera la conduite opérationnelle et la planification des horaires. Selon le maire de Delémont Damien Chappuis, des discussions seront menées d’ici la fin de l’année avec l’Etat jurassien. L'exécutif souhaite définir un catalogue de prestations pour les deux corps de police avec une nouvelle répartition. Cela pourrait aboutir à une Police municipale renforcée qui assume des tâches propres à une ville qui veut assurer des missions de sécurité et de proximité auprès de sa population. Damien Chappuis n’exclut toutefois pas que cela débouche à terme sur un modèle de police unique, avec un inventaire de tâches communales pour la Ville ou des contrats de prestation.

En parallèle, le Conseil communal confirme la suspension du commissaire de la Police municipale Roland Moritz. Une mesure qui n’est pas en lien avec cette réorganisation, mais qui est le résultat d’une enquête administrative ouverte l’année passée. /comm-emu


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus