Murielle Macchi-Berdat quittera l’exécutif delémontain en fin d’année

La conseillère communale socialiste évoque la lourdeur de la tâche et un quotidien devenu surchargé ...
Murielle Macchi-Berdat quittera l’exécutif delémontain en fin d’année

La conseillère communale socialiste évoque la lourdeur de la tâche et un quotidien devenu surchargé pour expliquer sa démission au 31 décembre, confirmant une information du Quotidien Jurassien.

Surchargée, Murielle Macchi-Berdat a décidé de renoncer à son mandat politique. (Photo d'archives : Georges Henz). Surchargée, Murielle Macchi-Berdat a décidé de renoncer à son mandat politique. (Photo d'archives : Georges Henz).

Conseillère communale depuis huit ans au sein de l’exécutif delémontain, Murielle Macchi-Berdat a annoncé à ses collègues sa démission au 31 décembre selon une information du Quotidien Jurassien confirmée par la principale intéressée. L’élue socialiste de 48 ans, en charge du département de l'énergie et des eaux, évoque une charge de travail trop lourde. « J’ai un mandat officiellement de 40% à la commune, mais officieusement je fais plus du 60% voire 70%, mais annualisé, car il y a des périodes où le monde politique s’arrête », confie Murielle Macchi-Berdat, ergothérapeute de profession en marge de ses engagements politiques.

Murielle Macchi-Berdat : « Notre profession devient presque accessoire face au mandat politique »

Elle décrit un quotidien devenu surchargé. « J’éprouve la difficulté de concilier vie privée, professionnelle et ce mandat politique. La tâche est de plus en plus complexe et prenante. Notre travail devient presque une activité accessoire par rapport au mandat politique. Les dossiers sont de plus en plus nombreux et les séances exceptionnelles de plus en plus récurrentes », souffle la conseillère communale qui appelle de ses vœux une réflexion sur le fonctionnement des exécutifs.


Appel à la réflexion « pour que ce mandat reste attractif »

« À Delémont, nous sommes dans une phase transitoire entre une capitale pas assez grande pour avoir un exécutif professionnel et trop grande pour fonctionner avec le travail de milice qui a ses limites. Le législatif doit vraiment s’y atteler et certaines communes jurassiennes doivent réfléchir à leur avenir pour que ce mandat reste attractif et soulager les personnes qui décident de s’engager », avance Murielle Macchi-Berdat. Le premier des viennent-ensuite dans le camp socialiste est Christophe Badertscher, en troisième position sur la liste socialiste lors des élections de 2022 avec 1289 suffrages. /jpi


Actualités suivantes

Articles les plus lus