Le Parlement jurassien approuve les comptes 2023 de l’État

L’arrêté a été adopté mercredi par 50 voix et 7 abstentions.
Le Parlement jurassien approuve les comptes 2023 de l’État

L’arrêté a été adopté mercredi par 50 voix et 7 abstentions.

Les députés jurassiens ont validé ce mercredi des comptes déficitaires pour 2023. (Photo libre de droits). Les députés jurassiens ont validé ce mercredi des comptes déficitaires pour 2023. (Photo libre de droits).

Les comptes 2023 passent la rampe au Parlement jurassien. Les députés ont adopté l’arrêté ce mercredi par 50 voix et 7 abstentions. Le résultat boucle sur un déficit de 11,8 millions. Une perte qui se serait élevée à 37,8 millions sans une ponction dans la réserve de politique budgétaire.

Les débats autour de ces comptes ont été intenses. Tous s’accordent sur le fait qu’il faut agir pour parvenir à l’équilibre financier, mais les moyens de procéder diffèrent entre la gauche et la droite. Pour le groupe « Vert-e-s et CS-POP », Rémy Meury a indiqué que « des efforts sont à faire, mais pas uniquement par des économies. Les solutions ne doivent pas être un démantèlement des services publics ». Rémy Meury souhaite également que la fiscalité ne soit plus un tabou. Le PS, de son côté, estime que le canton saura rebondir, avec l’arrivée de Moutier. « Le personnel de l’État a déjà donné », a aussi clamé le député Patrick Cerf, ajoutant que les socialistes prendront leur part pour assainir les finances, mais en préservant le service public.

Pour le groupe PCSI-PVL, des efforts ont été faits dans tous les services. « Leur fonctionnement mérite toutefois une analyse profonde », a déclaré Suzanne Maître-Schindelholz, ajoutant que « tout le monde est responsable de la situation ». Par ailleurs, la députée n’exclut pas de remettre sur la table la proposition d’une baisse linéaire dans tous les domaines. Pour sa part, Le Centre, par la voix de Mathieu Cerf, a estimé qu’il faut « cesser de tergiverser et prendre les décisions qui s’imposent. Il serait par ailleurs imprudent de se contenter de la maîtrise des charges. Une réflexion approfondie est exigée, car il y a des réformes structurelles à faire ». Le parti ajoute qu’il sera inflexible au sujet du frein à l’endettement pour le budget 2025.


« Tout nus, comme des vers de terre »

Pour le PLR, Gabriel Voirol a affirmé que « seule une réforme peut améliorer la santé de l’État à long terme. Mais quelle est la volonté d’agir ? Nous avons de sérieux doutes ! Le temps presse désormais ». À l’UDC, le député Romain Schaer a estimé que « l’État est à deux doigts du découvert. En 2025, nous serons tout nus, comme des vers de terre. On peut ne rien faire, comme d’habitude, ou prendre nos responsabilités et dire " stop ". Cette législature va nous obliger à faire des choix ». L’UDC s’est majoritairement abstenue à l’heure de l’approbation des comptes 2023.

Pour le Gouvernement enfin, la ministre des Finances Rosalie Beuret Siess a déclaré que « le Gouvernement est conscient des défis à venir. Il veut aussi maintenir des services de qualité pour la population et assurer un bon accueil pour Moutier ». /rch


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus