« Sniffy », le bonbon qui inquiète la classe politique jurassienne

La députée Emilie Guillaume s'est inquiétée de l'arrivée sur le marché d’un produit alimentaire ...
« Sniffy », le bonbon qui inquiète la classe politique jurassienne

La députée Emilie Guillaume s'est inquiétée de l'arrivée sur le marché d’un produit alimentaire reprenant les codes de consommation de la cocaïne. Le Gouvernement mise sur la loi fédérale pour l’interdire.

Le bonbon en poudre Sniffy pourrait être interdit en Suisse par le biais de la nouvelle loi sur le tabac. (Image : sniffyfrance). Le bonbon en poudre Sniffy pourrait être interdit en Suisse par le biais de la nouvelle loi sur le tabac. (Image : sniffyfrance).

Il s’appelle « Sniffy ». C’est le nouveau « bonbon » qui inquiète la classe politique jurassienne. La députée vert-libérale Emilie Guillaume (ex-Moreau) s'est inquiétée de l'arrivée prochaine sur le marché de ce produit qui se présente sous forme de poudre et se consomme par inhalation avec une paille, tout en promettant un « effet revigorant ». « Le marketing joue sur les codes de la consommation de la cocaïne » dépeint l'élue de Porrentruy.


« La façon de l’ingérer pose un énorme problème »

À l’heure des questions orales devant le Parlement jurassien, elle a questionné le Gouvernement sur les possibilités d’interdire la commercialisation d’un tel produit dans le Jura. « Ces Sniffy ne contiennent aucune substance interdite en Suisse, c’est le problème pour les interdire sur le sol helvétique. La façon de l’ingérer par inhalation et la communication qui appuie sur ces mêmes codes de consommation que la cocaïne est un énorme problème », a reconnu le ministre de la Santé Jacques Gerber en expliquant que la bataille juridique n’était pas évidente.

Jacques Gerber : « On espère que la loi sur le tabac permettra une interdiction. »

Il n’existe actuellement en Suisse aucune base légale fédérale en la matière, mais la nouvelle loi sur le tabac attendue l’automne prochain devrait contenir des dispositions sur les produits à inhaler avec ou sans nicotine. « Sur un produit qui est aujourd’hui reconnu comme un produit alimentaire, on ne peut pas prendre de mesure spécifique au niveau cantonal. Il faut que ce soit fait au niveau national. On espère qu’à l’automne, cette nouvelle loi permettra une interdiction », a conclu Jacques Gerber. La France s'est elle aussi emparée du problème et a déposé une demande auprès de l'Europe pour faire interdire ce bonbon Sniffy. /jpi


Actualités suivantes

Articles les plus lus