Le radar passé au peigne fin

La transparence de la police jurassienne, c’est aussi sur la route. Depuis son entrée en fonction ...
Le radar passé au peigne fin

Carte des radars Carte des radars

La transparence de la police jurassienne, c’est aussi sur la route. Depuis son entrée en fonction en juin, le commandant Olivier Guéniat a fait du terme transparence, un mot-clef de son action. Il avait convoqué la presse régionale jeudi après-midi pour divulguer la politique de la police en matière de radar. Les agents ont déjà posé le seul radar à leur disposition à 232 reprises depuis le début de l’année. Ils ont retiré 337 permis (voir ci-dessous).

 

La problématique frontalière

La police ne pose pas le radar n’importe où. " Plus le taux d'infractions est élevé, plus on va accentuer les contrôles sur le tronçon en question, explique Olivier Guéniat. En même temps, on ne doit pas être absent des endroits qui vont bien. Il faut un bon balancement entre les radars posés dans les localités, en dehors et sur l'autoroute." La police met l'accent sur l'intérieur des villages.

Sur la carte publiée ci-dessus, on constate que plusieurs endroits proches de la frontière sont en zone rouge, avec un taux de contrevenants supérieur à 25%. Il s'explique notamment par la problématique des frontaliers pendulaires. "Je serais tenté de dire que plus ils habitent loin, plus ils roulent vite, ose Olivier Guéniat. Mais je n'en ai pas la preuve. On a un phénomène sur lequel on doit garder la pression".

 

Traffidisplay, pour la prévention

La police jurassienne compte un seul radar, mais elle possède Traffidisplay. Ce petit écran calcule la vitesse de l'automobiliste sans amender. La police n'a aucune connaissance des identités des voitures contrôlées, mais récolte beaucoup d'autres informations grâce à cet appareil. "On découvre par exemple le taux d'infractions qui nous permet de nous situer pour définir une politique de répression." explique Olivier Guéniat.

 

La police sur Facebook

La population entière peut discuter avec la police via Facebook. Olivier Guéniat espère ainsi toucher des milliers de personnes. Toutes les statistiques policières seront diffusées sur le compte Facebook. Pour les recevoir, il suffit de devenir « ami » avec la police sur la toile. /clo

Pour tout savoir sur les radars


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus