Des priorités pour lutter contre la criminalité

Le canton du Jura se dote d'une stratégie contre l'augmentation de la criminalité. Le Ministère ...
Des priorités pour lutter contre la criminalité

Le commandant Olivier Guéniat trouve avec cette stratégie un moyen de légitimer ses priorités Le commandant Olivier Guéniat trouve avec cette stratégie un moyen de légitimer ses priorités

Le canton du Jura se dote d'une stratégie contre l'augmentation de la criminalité. Le Ministère public renforce sa lutte contre les infractions qui créent un sentiment d'insécurité au sein de la population en agissant avec plus de rigueur et de rapidité.

«Les infractions contre le patrimoine, ainsi que l'aggravation des violences constituent les priorités de la politique de lutte contre la criminalité», a expliqué vendredi la procureure générale Valérie Cortat. Longtemps épargné par la criminalité, le canton est depuis quelques mois victime d'infractions violentes.

La stratégie contre la criminalité s'articule autour de trois axes: prévention, célérité et rigueur, a souligné la procureure générale. La police entend ainsi opérer des contrôles ciblés afin de détecter des armes ou intervenir auprès de mineurs alcoolisés. Le Ministère public veut arriver plus vite au stade de la sanction et agir avec plus de sévérité.

Concertation

Cette politique est surtout le résultat d'une concertation entre le Ministère public, le Département de justice et police, ainsi que de la police comme en témoigne la présence aux cotés de la procureure du ministre Charles Juillard et du commandant Olivier Guéniat. Elle relève plus d'une vision globale que d'un catalogue de mesures.

«C'est un acte fort qui doit renforcer le sentiment de sécurité de la population», a relevé Olivier Guéniat en évoquant la politique de lutte contre la criminalité. Il y a désormais une identité de vue entre le gouvernement, le commandement de la police et le Ministère public qui est portée à la connaissance du public.

Davantage de policiers

Pour mettre en oeuvre cette politique, les effectifs de la police  augmenteront comme annoncé de huit postes et le Ministère public  demandera l'engagement d'un 6e procureur. «Mais nous aurions besoin  de 15 à 20 policiers supplémentaires», a indiqué Charles Juillard qui relève que le Jura reste une région sûre de Suisse.

Mais le canton souffre de sa frontière extérieure qui est une porte d'entrée et de sortie de la criminalité, a expliqué la procureure en évoquant la délinquance transfrontalière. D'où l'importance des contacts et de la collaboration avec les policiers français.

«Des bandes de criminels n'hésitent pas à entrer dans le domicile des victimes et à user de violence pour obtenir des valeurs», a rappelé Valérie Cortat. Des personnes âgées ont ainsi été séquestrées en début d'année par des malfrats. /ats+rce


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus