Olivier Guéniat veut recueillir l’ADN de tous les requérants

Olivier Guéniat

Le chef de la police jurassienne veut le profil ADN de tous les requérants d’asile. Dans une interview accordée au « Matin Dimanche », Olivier Guéniat justifie l’éventualité d’une telle mesure par l’explosion des délits, à mettre en lien avec le Printemps arabe. Pour le seul canton du Jura, cela représente près de 700 affaires en 10 mois. Les vols à la tire, dans les appartements ou les véhicules ont fortement augmenté et sont liés à certains requérants d’asile multirécidivistes, en particulier des Tunisiens, selon le criminologue.

Ces personnes n’ont pas d’espoir de rester en Suisse et sont donc imperméables aux mesures juridiques, telles que les jours-amendes avec sursis. Le recours aux empreintes ADN servirait à les confondre plus facilement. Pour Olivier Guéniat, il permettrait également des économies en temps et en argent. Le chef de la police jurassienne espère que cette idée sera intégrée au catalogue de mesures discuté à la Conférence latine des chefs de justice et police.

Charles Juillard lui se dit prêt à entrer en matière sur ces prélévements ADN. Interrogé par « Le Matin Dimanche », le ministre jurassien en charge de la justice et de la police y met une seule condition: que la mesure soit bien cadrée juridique. Il affirme qu'il va en discuter avec ses homologues des autres cantons prochainement. /iqu+fra


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus