La Suisse et la France sous surveillance

La Convention de Berne n’inflige pas de condamnation à la Suisse et à la France. Cette émanation ...
La Suisse et la France sous surveillance

Doubs à St-Ursanne

La Convention de Berne n’inflige pas de condamnation à la Suisse et à la France. Cette émanation du Conseil de l’Europe confirme que l’état du Doubs et celle de l’apron, espèce protégée, est problématique. Réunis à Strasbourg jusqu’à vendredi, les membres de la Convention ont décidé de garder sous le coude une plainte déposée par trois organisations suisses. Ils vont toutefois envoyer des observateurs au chevet de la rivière franco-suisse.

Une épée de Damoclès pèse toujours sur la tête des autorités. « Personne n’aurait l’idée saugrenue de dire qu’il n’y a pas de problème sur le Doubs », affirme le ministre jurassien de l’Environnement. Philippe Receveur estime ainsi « normal et heureux » que le comité permanent de la Convention de Berne entre en matière sur le dossier.

Les plaignants, eux, se disent satisfaits par cette prise de position. Ils concèdent que la Convention de Berne n’a pas infligé une condamnation formelle à la France et la Suisse, comme ils le prétendaient. Le responsable Doubs à la Fédération suisse de pêche estime toutefois que l’instance européenne a jugé insuffisantes les mesures déployées par les deux pays. « Les Etats sont donc condamnés à faire quelque chose et à le faire vite », déclare Laurent Giroud qui avoue que la stratégie de communication des plaignants avait pour but de faire pression sur la Suisse et la France. /fra


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus