Nouvelle grogne du monde équestre

Les milieux équestres montent une nouvelle fois au front. Une centaine de cavaliers vont manifester ...
Nouvelle grogne du monde équestre

Une centaine de cavaliers ont manifesté leur mécontentement jeudi à Berne. Une centaine de cavaliers ont manifesté leur mécontentement jeudi à Berne.

Les milieux équestres montent une nouvelle fois au front. Une centaine de cavaliers vont manifester leur mécontentement ce jeudi après-midi devant le Palais fédéral à Berne. En cause : la révision de l’ordonnance sur l’aménagement du territoire lancée en début d’année. Au départ, la volonté était de réduire les zones à bâtir. Mais cet été, le Conseil fédéral a mis en consultation une toute autre version du texte qui entend aussi sauvegarder les terres cultivables. Deux articles particulièrement restrictifs visent ainsi directement la détention de chevaux. A l’avenir, cela signifie que les petites entreprises agricoles et les privés seront autorisés à détenir au maximum deux chevaux de loisirs et ces derniers devront être parqués sur des zones constructibles.

 

Pas de chiffres pour le Jura

Dans le Jura, le nombre de chevaux ou de détenteurs d’équidés concernés n’est pas connu, car aucune statistique en la matière n’existe, nous a indiqué Jean-Paul Lachat, le chef du Service de l’économie rurale du canton du Jura. « Cette ordonnance n’est pas si limpide que ce qu’elle laisse entendre. Les gens ne s’y retrouvent plus. On ne sait même pas qui est exactement concerné et qui ne l’est pas. C’est vraiment le flou total », confie Pierre Berthold, le président de la Fédération jurassienne d’élevage chevalin.

 

Mécontentement sur plusieurs fronts

Cette ordonnance sur l’aménagement du territoire est en consultation jusqu’à samedi 30 novembre. Le défilé de cavalier à Berne ce jeudi après-midi n’est pas la seule manifestation de grogne dans le milieu équestre. Sur le réseau social Facebook, le groupe « Sauvegardons la filière équine suisse » réunit 6200 adhérents. Une pétition a par ailleurs été lancée. Le texte signé par quelque 10’000 personnes sera transmis au Conseil fédéral. /afa


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus