De l’espace pour le musée Jurassica

Le site du Musée jurassien des sciences naturelles présente de beaux atouts. La semaine dernière ...
De l’espace pour le musée Jurassica

MJSN Le site choisi pour implanter le Jurassica Muséum. En premier plan, le Musée jurassien des sciences naturelles devrait être conservé. Au second plan, la villa Möckli (maison blanche) pourrait être détruite. Entre les deux se trouve une petite route à sens unique.

Le site du Musée jurassien des sciences naturelles présente de beaux atouts. La semaine dernière, la Fondation Jules Thurmann annonçait le choix d’un nouveau site pour implanter le futur Jurassica Museum, au lieu de l’Oiselier. Il sortira de terre à proximité de l’actuel MJSN, à deux pas du lycée cantonal. Jeudi, une conférence de presse s’est tenue en présence de la directrice de Jurassica, Arlette-Elsa Emch, le maire de Porrentruy, Pierre-Arnauld Fueg, et la ministre de la culture, Elisabeth Baume-Schneider. Tous trois ont donné les explications de ce changement d’option et ont détaillé le projet, qui désormais fédère l’ensemble des acteurs.

Plus d’espace

Lors de l’examen des sites éventuels, au nombre de 14, le MJSN avait été écarté à cause du manque de place. Depuis des solutions ont été trouvées. La commune est d’accord de déplacer ou supprimer une route qui longe la parcelle du musée. Ce petit tronçon est utilisé par les camions de pompiers. La caserne se trouve à une cinquantaine de mètres.

Ensuite, la villa Möckli, de l’autre côté de la route, va certainement être achetée puis rasée. A noter que l’actuel bâtiment du MJSN sera conservé. Ainsi le site pourra accueillir le projet, qui nécessite une surface à plat entre 5'000 et 10'000 m2. Mais l’édifice comprendra plusieurs étages et des sous-sols. Le centre de gestion des collections sera plutôt placé sous terre. Alors que la partie visible abritera le musée sur environ 2'500 m2.

Le stationnement pourrait aussi poser problème. Le maire, Pierre-Arnauld Fueg, imagine déjà des solutions sans pour autant avoir juste à côté un parking. Le Centre Esplanade à 100m offre une grande capacité. Un projet pourrait voir le jour également près de l’Onivia.

 Une suite financière

La prochaine étape pour Jurassica, c’est le Parlement. Un troisième crédit doit être demandé ce printemps au législatif jurassien, qui validera ou pas définitivement ce projet. La somme devra payer en partie la construction du Jurassica muséum et du centre de gestion des collections, un coût estimé entre 20 et 25 millions par la directrice de Jurassica. Les fonds privés financeront au moins la moitié des travaux. Arlette Emch précise que par exemple l’auditoire pourrait porter le nom d’un donateur. Elle assure que « les avis sont plutôt positifs ». Plusieurs solutions existent, il s’agit de trouver le bon équilibre entre partenaires privés et publics.

Une suite architecturale

Le concours d’architecture devrait être lancé d’ici la fin de l’année. C’est une phase délicate. Il faut définir un cahier des charges assez précis mais sans être trop restrictif. Des contacts ont déjà été pris avec l’architecte Mario Botta, qui a réalisé quelques esquisses. L’objectif était d’abord d’être sûr que l’implantation sur le site du MJSN était réalisable d’un point de vue architectural. Mario Botta a donc validé le lieu et s’est montré très enthousiaste.

2018 ?

Le calendrier est toujours maintenu selon Arlette Emch. En 2018, le musée et le centre de gestion doivent être opérationnels pour plusieurs raisons. Ce sera les 40 ans d’existence de la République et Canton du Jura. Ensuite et surtout, la Confédération rapatriera l’ensemble des découvertes paléontologiques jurassiennes dans le canton. Il faudra alors les conserver, ce qui représente environ 1 millions de pièces. Une partie se trouve déjà dans le Jura disséminée sur cinq sites. /nqu


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus