La commune de Haute-Sorne et la police cantonale main dans la main

Haute-Sorne et la République et Canton du Jura signent un contrat de ressources. Les activités ...
La commune de Haute-Sorne et la police cantonale main dans la main

Contrat de ressources police-commune Le maire de la commune de Haute-Sorne Jean-Bernard Vallat (à gauche) signe le contrat de ressources avec le ministre jurassien de la police Charles Juillard.

Haute-Sorne et la République et Canton du Jura signent un contrat de ressources. Les activités de police locale sur le territoire de la commune fusionnée seront désormais prises en charge par la Police cantonale jurassienne. Le contrat – d’une durée de trois ans et renouvelable – comprend 800 heures de travail par année, pour un montant de 60'000 francs. La police cantonale va créer un poste d’assistant en sécurité publique à 50%.

« La meilleure solution »

En clair, la police cantonale va s’acquitter des tâches de sécurité dans la commune de Haute-Sorne. Il s’agit par exemple du contrôle des véhicules, des services de stationnement, des conseils lors de préparation de déviation du trafic, d’interventions lors de problèmes de voisinage ou encore de régler les cas de tapage nocturne. « La sécurité des habitants est primordiale et doit être assurée par un organe compétent. Avec la police cantonale, nous avons trouvé la meilleure solution possible. Elle est bien plus simple que de créer une nouvelle police locale dans notre commune fusionnée et de former les gens », a déclaré le maire de Haute-Sorne Jean-Bernard Vallat. « Cette manière de travailler est innovante. Il y a une nécessité absolue de collaborer parfaitement entre la police cantonale et les communes. Nous allons accroître notre présence et tout mettre en œuvre pour honorer notre engagement », a pour sa part expliqué le commandant Damien Rérat.

Une première dans le Jura

Cette signature de contrat de ressources est une première dans le Jura. Les autorités cantonales souhaitent que d’autres communes fassent de même que Haute-Sorne à l’avenir. « Nous pouvons résumer la situation en trois points : professionnalisation, disponibilité 24 heures sur 24 et confiance », a conclu le ministre jurassien de la police Charles Juillard. /rch + comm.


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus