Le Parlement fait confiance à l’APEA

Il n’y aura pas d’audit sur l’autorité de protection de l’enfant et de l’adulte, l’APEA. Le ...
Le Parlement fait confiance à l’APEA

 (photo: archives)

Il n’y aura pas d’audit sur l’autorité de protection de l’enfant et de l’adulte, l’APEA. Le Parlement jurassien a refusé mercredi par 39 voix contre 13 et 7 abstentions une motion de l’UDC. Le député Romain Schaer, porteur du texte, a reçu plusieurs échos de parents et de divers services. Selon lui, « des grains de sable viennent perturber les rouages de l’APEA ».

Les députés ont estimé que ces accusations « gratuites », comme l’a dénoncé le député CS-POP Rémy Meury à la tribune, ne suffisaient pas pour commander un audit. Il faut rappeler que l’APEA a un peu plus de trois ans seulement. « Ces erreurs de jeunesse », comme plusieurs élus les ont appelées, n’ont donc pas été jugées blâmables par le législatif. Cet audit serait, de surcroît, une dépense inutile selon la majorité.

Pour assurer sa croissance, il fallait donc « réitérer sa confiance et soutenir l’APEA », a plaidé la ministre de l’intérieur. Nathalie Barthoulot admet toutefois qu’il faut ajuster quelques points et que les critiques de l’UDC seront prises en compte. La ministre socialiste a encore rappelé que l’APEA est déjà contrôlée par une autorité de surveillance : la Cour administrative du Tribunal cantonal. « Les mesures que prend l’APEA touchent des personnes, il est évident qu’il y aura toujours des contestations. Je les comprends », conclut Nathalie Barthoulot. /lbr


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus