Haute-Sorne : l’exécutif prêt à agir en justice pour le CCSC

Le Conseil communal est disposé à déposer plainte dès que les responsabilités des graves défauts ...
Haute-Sorne : l’exécutif prêt à agir en justice pour le CCSC

Le Conseil communal est disposé à déposer plainte dès que les responsabilités des graves défauts constatés au Centre culturel et sportif de Courfaivre pourront être précisées

Des travaux sont réalisés au Centre culturel et sportif de Courfaivre pour réparer les gros défauts constatés sur les lieux (photo : archives) Des travaux sont réalisés au Centre culturel et sportif de Courfaivre pour réparer les gros défauts constatés sur les lieux (photo : archives)

Le Centre culturel et sportif de Courfaivre fait encore parler de lui. Le Conseil communal de Haute-Sorne est prêt à agir en justice. C’est ce qu’il affirme dans sa réponse à une question écrite du groupe PDC traitée mardi soir lors du Conseil général. Les démocrates-chrétiens se demandaient notamment quelles démarches avaient été mises en place pour établir les responsabilités des graves défauts constatés au CCSC. Le législatif a, pour rappel, accepté l’an dernier de débourser plusieurs centaines de milliers de francs pour réparer les malfaçons.

Selon l’exécutif, des rapports avec photos ont été effectués durant les travaux d’assainissement qui sont d’ailleurs toujours en cours. Les devis, factures et autres documents établis lors de la construction du Centre culturel et sportif ont aussi été rassemblés dans la mesure du possible. L’idée est de voir si ce qui était prévu il y a une dizaine d’années lors de la concrétisation du projet a effectivement été réalisé. Le Conseil communal rappelle qu’un groupe de travail a été constitué pour se pencher sur tous les éléments du dossier. Il doit établir un rapport détaillé qui permettra d’éventuelles actions par la suite. L’exécutif précise qu’il lui reste une année avant que la prescription ne rentre en ligne de compte. Il se dit tout à fait disposer à faire le nécessaire pour agir en justice avant cette échéance.

 

Trois crédits à l’ordre du jour 

Le Conseil général a également donné, à l’unanimité, son préavis positif à un crédit de 1'750'000 francs pour la réfection des rues des Écoles et du Coinat à Glovelier. La chaussée est dégradée dans cette zone alors que l’éclairage public ne répond plus aux normes en vigueur et que des problèmes de sécurité se posent. Le carrefour se situant devant l’école sera entièrement réaménagé. Des trottoirs plus larges verront notamment le jour. Des sens uniques seront, par ailleurs, mis en place dans la rue du Coinat et dans celle des Écoles, entre l’école et la place de jeux. Quinze nouveaux candélabres seront installés alors que des mesures vont aussi être réalisées sur les réseaux d’eau potable et des eaux usées. Les travaux devraient débuter au printemps prochain, pour autant que le peuple donne son aval lors de la votation populaire du 10 février 2019.

Deux autres crédits ont passé la rampe du législatif mardi soir. Le premier de 255'000 francs pour la réalisation de diverses mesures du Plan général d’Évacuation des Eaux (PGEE) à Glovelier. Le deuxième de 475'000 francs pour les études liées à la révision du Plan d’aménagement local de la commune.

 

Les déchets en question

À l’heure des questions orales, Céline Grellier du groupe Haute-Sorne Avenir s’est étonnée de la précipitation avec laquelle les séances d’information sur l’implantation de moloks avaient été organisées. Elle a estimé que la sécurité avait été reléguée au second plan lors du choix des sites. Une affirmation contre laquelle Géraldine Beuchat s’est inscrite en faux. La conseillère communale a indiqué que toutes les règles de sécurité étaient respectées et que les autorités s’étaient entourées de bureaux d’ingénieurs compétents et habitués à ce genre de dossiers dans le cadre du SEOD. Géraldine Beuchat a souligné que les remarques des riverains avaient été entendues et que la procédure ne s’était pas déroulée dans l’urgence.

Enfin toujours au niveau des déchets, Patrick Müller s’est interrogé sur le projet du Conseil communal de déplacer l’écopoint de Courfaivre sur le parking du Centre culturel et sportif. Le suppléant du groupe Haute-Sorne Avenir a regretté le choix du lieu et demandé pourquoi la population n’avait pas été consultée. La conseillère communale en charge du dossier a rappelé que cette tâche était entièrement du ressort de l’exécutif. Géraldine Beuchat a souligné que ce déménagement était rendu nécessaire pour offrir davantage de places de parc. /alr



Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus