Le Jura souhaite la tenue d’un sommet national de la santé

Il s’est joint à d’autres cantons pour demander une réunion entre la Confédération et les ...
Le Jura souhaite la tenue d’un sommet national de la santé

Il s’est joint à d’autres cantons pour demander une réunion entre la Confédération et les acteurs de la santé pour clarifier la répartition des coûts supplémentaires engendrés par le Covid-19

L'H-JU connaît aussi des pertes financières en raison du coronavirus. (Photo: archives) L'H-JU connaît aussi des pertes financières en raison du coronavirus. (Photo: archives)

Les acteurs de la santé demandent au Conseil fédéral de convoquer un sommet national. Ce dernier doit clarifier la question de la répartition des coûts supplémentaires engendrés par le coronavirus. Selon le ministre de la Santé Jacques Gerber, le Jura et d’autres cantons ont aussi fait cette requête. Selon une évaluation diffusée vendredi par l’association SpitalBenchmark, le préjudice financier pour les hôpitaux et les cliniques de Suisse se situe entre 1,5 et 1,8 milliards de francs jusqu’à la fin de mois d’avril et pourrait se monter jusqu’à 3 milliards d’ici la fin de l’année. Il résulte notamment de l’interdiction des traitements et des interventions non-urgents, de l’augmentation des ressources humaines et de la multiplication des mesures d’hygiènes. Il est donc demandé au Conseil fédéral de convoquer d'urgence une table ronde avec l'ensemble des acteurs importants, soit la Confédération, les cantons par le biais de la Conférence suisse des directeurs de la santé, les fournisseurs de prestations et les répondants des coûts.

Les explications du ministre de la Santé Jacques Gerber

Selon H+, l'organisation nationale des hôpitaux, cliniques et institutions de soins publics et privés, il importe que ces coûts supplémentaires et pertes de revenus soient compensés par la Confédération, les cantons et les assureurs. Ces derniers disposent d'ailleurs de réserves de l’ordre de 9 milliards de francs, qui doivent être utilisées pour éviter toute hausse des primes d'assurance-maladie en cas de coûts supplémentaires non prévisibles, comme ceux liés à la pandémie.

Le directeur général de l’Hôpital du Jura Thierry Charmillot abonde aussi dans le sens d’une concertation au niveau suisse sur la prise en charge du découvert et du manque à gagner des établissements hospitaliers suisse. L’H-JU ne fait, en effet, pas exception. Un déficit de 6,5 millions de francs s’est confirmé lors des derniers résultats financiers et l’établissement ne s’attend pas à retrouver son activité normale avant le mois de septembre, au moins. /emu

L’H-JU subit aussi la crise financière du coronavirus, selon Thierry Charmillot


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus