Refus du parc éolien Montoz-Pré Richard : réactions

Opposants et promoteurs ont réagi à la suite de la décision lundi soir des citoyens de Court ...
Refus du parc éolien Montoz-Pré Richard : réactions

Opposants et promoteurs ont réagi à la suite de la décision lundi soir des citoyens de Court d’enterrer le projet de parc éolien Montoz-Pré Richard

Les citoyens de Court ont refusé, lundi, la construction du parc éolien Montoz-Pré Richard. (Photo: archives) Les citoyens de Court ont refusé, lundi, la construction du parc éolien Montoz-Pré Richard. (Photo: archives)

Les éoliennes resteront à terre à Court. Les citoyens, réunis en assemblée municipale lundi soir, ont choisi par 222 voix contre 93 de ne pas donner suite au projet de parc éolien Montoz-Pré Richard porté par le promoteur Energie Service Bienne (ESB), la société JbEole SA et la commune.

Ce refus a évidemment réjoui Paysage libre BEJUNE. L’association militait pour l’abandon du parc éolien. Elle a fait part mardi matin dans un communiqué de sa satisfaction après la décision des citoyens. Pour son président, les Courtisans ont réfléchi avant de dire « oui » à un projet inefficient. Michel Fior estime en effet que les turbines ne produisent pas suffisamment d’énergie de manière continue. Il ajoute que ce refus permet également de maintenir des paysages naturels intacts, de bon augure face à l’étalement croissant des constructions.

Michel Fior, président de Paysage libre BEJUNE

Un million et demi de francs investis

Du côté d’Energie Service Bienne par contre, la déception est grande. La société avait déjà investi 1,5 millions de francs ces dix dernières années pour ce projet. Contacté mardi, son directeur Heinz Binggeli estime qu’ESB et ses partenaires avaient tout mis en œuvre pour répondre aux normes et aux directives en place.

Quant à l’argument de l’efficience, il admet que l’éolien ne permet pas, à lui seul, de répondre à tous les besoins énergétiques du futur. Mais cette technique fait partie d’un « portefeuille » de méthodes, qui comprennent aussi le photovoltaïque par exemple, permettant d’amorcer la transition vers une production plus renouvelable.

Heinz Binggeli, directeur d'ESB

Notons encore que la commune de Court n'enregistre aucune perte financière liée à ce refus, comme nous l'a confirmé le maire Jean-Luc Niederhauser. Jusqu'ici, le coût du développement du projet était assumé par ESB uniquement. /amo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus